Astromancien :



Dans sa quête de maîtrise de la sagesse, l’homme tourna son regard vers les vérités inscrites dans les cieux. Ce fut le peuple de Sharlayan néanmoins qui jugea bon de ne pas seulement lire les étoiles mais également de noter leurs mouvements. En accordant leurs énergies éthérées aux constellations, ils apprirent à manier la magie avec des possibilités jusqu’ici inaccessibles. C’est ainsi que l’astromancie naquit, une nouvelle forme de magie qui accorde à ses utilisateurs un pouvoir sur la destinée. Employant un globe stellaire et des cartes divinatoires dans leur actes miraculeux, la fortune souriant toujours à ces maîtres de l’arcane.


Histoire :

Le fameux auteur de Les Cinq Âges, le sage Sharlayanais Lewphon dévolu deux décennies de sa vie de 210 à l’année 230 de la Sixième Ere Astrale à compiler une étude de la compréhension et des mérites de l’observation des étoiles. Par une analyse des vastes archives historiques des tentatives de l’Homme à lire son destin, Lewphon espérait séparer les fables superstitieuses des connaissances plus fiables de l’astrologie basée sur des bases évidentes. Ce que son examen minutieux et méthodique révéla néanmoins était qu’une grande partie des approches des anciens étaient fondées sur des théories des arcanes légitimes. Cette révélation changea entièrement l’approche de ses recherches, et ses efforts conséquents pour adapter et reconstruire ces principes mena à la création de « l’astromancie », un art qui harmonisait la lecture des flux d’éther aux mouvements des cieux.
Suivant les découvertes de Lewphon, les cartes de liseur de bonne aventure, jusqu’alors considérées comme un jeu pour enfants, furent réévaluées dans une perspective académique. Le deck des arcanes, avec ses cartes représentant les constellations, fut intégré au globe stellaire dans une discipline unique de magie.



Equipement :

La tenue de Welkin :
Ces robes ont longtemps été le costume standard des astromanciens du Studium de Sharlayan. Conçu pour se conformer à la tenue traditionnelle des mages, avec l’ajout d’un croissant de Lune ornant le chapeau et un disque solaire à la ceinture permettant d’aisément identifier la profession de son porteur.

Atlas :
Ce globe stellaire a été construit dans le quinzième siècle de la Sixième Ere Astrale, une récréation basée sur les croquis de Lewphon, le père de l’astromancie sharlayanaise. Avec ses pièces intriquées représentant une pléthore de phénomènes astronomiques, cet instrument arcanique est considéré comme une relique sans prix et un art en tant que tel.

Tenkan Chishi :
Commandée par la Maison des Splendeurs de Rowena, le Tenkan Chishi est le travail de l’un des artisans domiens qui fut assisté par le développement du Glas des Revenants. Bien que la base du globe suive un modèle éorzéen, la pièce finale est marquée par l’influence évidente de l’Extrême Orient. De la laque a été appliquée sur les surfaces métalliques, laquelle a été chauffée à haute température pour produire un éclat magnifique unique. Même parmi les instruments similaires, les révolutions de ses sphères sont considérées comme inhabituellement lisses et précis, vantant l’extraordinaire compétence de son créateur.

Le planisphère des prêtres d’Halone :
L’astrologien Lewphon présenta son globe au Saint Siège dans le but d’introduire l’astromancie sharlayanaise dans la nation d’Ishgard. Suivant les instructions de Lewphon, l’artisan ishgardais qui créa l’instrument prit soin d’y incorporer les aspects de la foi orthodoxe dans son apparence, dans l’attention quelque peu subtile de gagner le cœur du clergé si conservateur. Malgré la qualité exquise du travail, néanmoins, le planisphère a été ignoré dans le flux constant des cadeaux fait à l’Eglise, et fut rangé pour prendre la poussière dans un coin d’un sombre placard. 


Les astuces du métier :

Stase astrale : En ouvrant largement la porte du Septième Ciel, la plus haute du domaine astral, les astromanciens favorisent sur le champ de bataille les bénédictions celestes. Cette technique est dite détenir le pouvoir de montrer les chemins du destin vers une victoire presque certaine.

Bienfait : Les astromanciens guident les énergies curatives en harmonisant leur éther aux « bienfaits » des corps stellaires. Ceci va de paire avec une affinité pour « Malfaisance » des astres pour infliger de destructrices attaques magiques, cette harmonisation représente le principe fondamental de l’astromancie.

Gravité : Cette magie manipule l’inexorable attrait des étoiles pour amplifier la force de la gravité. Les créatures dans l’ère d’effet sont écrasées par la pression, avec le pire effet centré au cœur de la cible.

Opposition céleste : Considérée comme l’essence originelle de l’astromancie, cette technique lie l’éther des astromanciens aux cieux les plus élevés. Une simple pression sur les cordes célestes alternent les motifs du destin, offrant aux alliés la fortune, et confrontant soudainement les ennemis à l’adversité.

 
Astromanciens connus :

Leveva Byrde :
Race (clan) : Hyur
Genre : Femme
Age : 16
Surnom : Leveva Arpenteciel
Les parents de Leveva moururent tous deux dans les premières années de sa vie, sa mère lors de sa naissance, et son père quelques années plus tard. Ceci laissant la jeune orpheline être prise en charge par son grand-père, Mace, un professeur renommé d’astromancie, et son influence est toujours perceptible dans ses perspectives sages et sa manière de parler. Sous l’apparence mature de Leveva néanmoins se cache une volonté brulante d’embrasser sa destinée, et de continuer le travail de son défunt père de diffuser l’astromancie tout autours du monde. Ainsi, lorsqu’elle apprit le désir d’Isghard d’accueillir un représentant de l’astromancie sharlaynaise, elle fit immédiatement ses préparations pour son départ vers Eorzea. Mais malgré la hâte de sa décision, elle ne le fit pas dans l’ignorance du mécontentement susceptible d’être manifesté par les isolationnistes du Forum.

Jannequinard de Durendaire :
Race (clan) : Elezen (Sylvestre)
Genre : Homme
Age : 32
Surnom : Jannequinard le Fructueux
Le seul promoteur de l’astromancie en Ishgard, Jannequinard commença ses études de l’art quand, durant ses années d’études, il passa plusieurs lunes dans l’établissement sharlayanais de l’Arrière-Pays Dravanien. Tout juste avait-il maîtrisé les fondamentaux néanmoins ; que les Sharlayanais quittèrent le Vieux Monde pour fuir l’avancée de l’Empire Garlemaldais. Jannequinard perdit ainsi soudainement à la fois ses tuteurs et ses classes, et n’eut d’autre choix que de reprendre la route de son foyer.
Après son retour en Ishgard, le noble déçu et insatisfait exploita l’influence de la maison Durendaire pour sécuriser une position à l’Astrologicum Ethérique. Fixés sur l’étoile du dragon et prédisant les mouvements de la Horde, néanmoins, ses collègues n’avaient que peu de temps pour les subtilités de l’astromancie, et les efforts de Jannequinard pour poursuivre cette discipline rencontra le désintérêt, si ce n’est même la moquerie. 


Les arcanes :
Les cartes du deck divinatoire des astromanciens est connu sous le nom « d’arcane ». Chaque arcane majeur est décoré avec une illustration représentant un des six paradis élémentaires et sert comme un lien symbolique entre le praticien et les constellations dont il tire ses pouvoirs.


Source: Encyclopédia Eorzea I